Des singularités


Depuis sa création, la Cie Tourneboulé porte les projets de Marie Levavasseur et Gaëlle Moquay, deux artistes qui affirment chacune leur singularité au sein d’une trajectoire commune.


Metteuse en scène, auteure, comédienne

 

« Je me suis souvent imaginée d’autres vies qui auraient pu naviguer entre le journalisme, les sciences politiques, ou le commerce international mais le goût des planches m’a toujours rattrapé et en sortant de l’école Jacques Lecoq, il me faudra beaucoup moins de temps que prévu pour travailler sur l’écriture de spectacles plus personnels. Ce sont les débuts de la compagnie Tourneboulé avec Gaëlle Moquay rencontré au hasard d’une création. Une complicité qui dure depuis plus de 13 ans et qui s’est construite au fil des créations de la compagnie.

D’abord comédienne dans les spectacles, j’ai fait progressivement le choix de l’écriture et la mise en scène avec la volonté de défendre un théâtre exigeant ouvert à tous.

Notre aventure théâtrale se résume par une recherche qui mêle jeu d’acteurs, textes d’auteurs contemporains tout en laissant une grande place aux écritures visuelles. Je suis très sensible à la force suggestive des images qui permettent de transposer le réel, créent des « décalages poétiques » comme avec le théâtre d’objets ou les marionnettes par exemple.

C’est en confrontant ces disciplines que j’aime mettre mon imagination en jeu en restant au service d’une écriture multiple qui s’invente au plus près du plateau. Pour moi, « le théâtre c’est faire semblant pour de vrai ». Et parce qu’il y a cette urgence de dire et d’être ensemble, on ne peut pas tricher. C’est pourquoi j’aime que l’histoire se raconte en direct et pouvoir montrer les ficelles de notre théâtre. Partir de l’ici et maintenant avec le public pour l’emmener ailleurs.

Aujourd’hui, je veux continuer à chercher de nouveaux modes de narration pour raconter notre rapport intime au monde. En révéler sa noirceur pour mieux mettre en lumière sa beauté et sa poésie. Avec toujours la même crainte des chemins tracés d’avance et l’envie de me laisser bousculer par l’inattendu. »



 

« À 5 ans j’étais en tutu rose bonbon. À 6 ans, cachée derrière un rideau, je portais à bout de bras une marionnette à tête de plâtre. À 7 ans, du haut des marches du Centre Culturel Georges Brassens, je découvrais le théâtre.

Révélation façon Bernadette Soubirous : le théâtre serait ma voie.

Passent les années lycée qui forgent et forment le regard et le cœur. Je rêve de Chéreau, Koltès, Tchékhov, Kantor, Platel… Platel qui me donnera mon premier uppercut théâtral avec son spectacle Bernadtje, encore une histoire de révélation.

Puis c'est au Conservatoire de Théâtre de Lille que je poursuis mon apprentissage pendant 3 ans.

Ensuite, une petite annonce pour une audition va entraîner mes pas sur une route pas toute tracée. Au hasard d'un spectacle, ce sera la rencontre avec Marie Levavasseur et le commencement de la Cie Tourneboulé.

Dès le début, il y a pour moi ce désir absolu de jouer, de parcourir tous les contours, toutes les aspérités du travail de l'acteur. Mais un acteur actif, un acteur qui pose des actes scéniques, qui porte un monde. C'est cette place là que j'ai trouvée et construite au fur et à mesure des spectacles de la compagnie, en prenant parfois une hauteur différente, avec l'écriture et la mise en scène d' Ooorigines par exemple. C'est de cette façon que j'envisage le travail de Tourneboulé : un maillage de singularités qui donnent corps à des créations. Un maillage d'écriture également, qui permet de se réinventer à chaque projet, qui offre des partitions de jeu sans cesse différentes. Et puis, il y a ce lien privilégié à l'enfance. Je pense que ce qui m'anime profondément dans cette volonté d'ouverture, au-delà de la considération de l'enfant, au-delà d'une forme de liberté créatrice qu’implique la création « jeune public », c'est le lien entre l'adulte et l'enfant qui est nourri par le partage d'un spectacle, c'est le regard différent que chacun peut poser sur l'autre.

Comprendre l'autre en passant par le prisme du sensible, tel est le sens que je donne au théâtre.»



ET AUSSI UN COLLECTIF D'ARTISTES
La compagnie Tourneboulé, c’est également des collaborations artistiques inventées autour de chaque projet. Des équipes qui réunissent plasticien-nes, musicien-nes, auteur-es, marionnettistes, dramaturges, scénographes, comédien-nes « créateurs-créatrices ». Les dernières créations et laboratoires de recherche ont réuni :


+
AUTHENTIFICATION
X
USERNAME:
PASSWORD: